Jeskaï et Ojutaï

Le clan Jeskai a construit ses monastères et forteresses dans les collines riveraines de l’ouest de Tarkir. C’est dans ces lieux isolés que nombre d’étudiant viennent se former aux arts martiaux et mystiques chers aux Jeskai. Tandis que certains des membres du clan s’entrainent des années entières pour devenir des guerriers ou des mages accomplis, les autres sont des artisans ou des pécheurs dans des villages qui bordent les nombreuses rivières du territoire, et font commerce sur la Route du Sel. Les Jeskai s’attachent à des valeurs comme la discipline, le labeur et respectent des traditions ancres depuis des siècles, tel la Loi des Roseaux, loi sacrée permettant de rendre la justice sur le territoire. Tout individu Jeskai, qu’il soit guerrier, moine ou simple paysan, se doit de rechercher l’illumination, la compréhension du monde et de soi-même, et a des idées bien arrêtées sur la façon d’atteindre cette cet objectif. Leur symbole est l’oeil de dragon, qui représente la ruse.

La chute des Khan eut lieu au sein même du territoire Jeskai, dans la forteresse de Dirgur. C’est là que Shu Yun, le dernier Khan Jeskai, trouva la mort par le souffle glacé d’Ojutai. Le nouveau seigneur dragon Ojutai prit le contrôle du clan et imposa sa propre vision de la voie vers l’illumination. Il charge ses dragons de l’enseigner aux races humanoïdes, qui nommèrent leurs nouveaux maitres les sages céleste. Les enseignements d’Ojutai prirent un tournant presque religieux, et s’écarter de ses préceptes est, bien souvent, synonyme de blasphème et de mort.

Jeskaï et Ojutaï

Journey in Tarkir Azaghal