Journey in Tarkir

Héritage Déchu

Siège renversé

Les aventuriers arrivent à Kavah après deux jour de chevauchée sur la route du sel. Ils sont accueilli honorablement par Gulzyan, protectrice dragonne de la ville-ziggourat. Elle semble recevoir ensuite un envoyé d’Ojutai, ce qui provoque des inquiétude chez nos héros. Le séjour à Kavah est rapide et sans heurts. Ils apprennent l’existence de petites poches de Reyhaniens en ville, et de négociations cordiales avec le clan Ojutai.

Après diverses emplettes, ils prennent la route du sud le lendemain matin, pour un traversée du désert de 4 jours, à dos d’Ibex et en direction d’Essiarnan. Le voyage est dur pour ceux qui ne sont pas habitués aux sables brulants. Les aventuriers refusent d’accompagner une caravane Jeskai, mais les quittent cordialement sans effusion de sang alors que Poussière leur offre des rations. Aucune autre rencontre ne viens perturber le voyage, et le groupe arrive en vue de la cité déchue d’Essiarnan.

Devant la cité, deux cadavres de dragons gisent, rongés par les sables. Ils sont transpercé de roche, et un pilier étrange transperce toujours l’un d’eux. Alors qu’Essyria étudie leur cadavres, vraisemblablement écaillés, un carreau d’arbalète provenant de l’une des ouverture de la forteresse en ruine manque sa nuque de peu, et se fiche au sol. Les aventuriers se mettent à couvert, et un nouveau carreau touche l’un des Ibex. Une voix retenti alors, les invitant à venir se présenter devant la terrasse de la forteresse. Bomar et Yak s’y rendent, annonçant venir officiellement pour Markanor. Leur interlocuteurs, deux soldats en armure Abzan, à couvert derrière les grilles fermées, prennent alors peur et font feu avec leur arbalète. Bomar insiste, et avoue avoir grandi à Essiarnan. Les soldats vont alors chercher leur commandant, un ainok nommé Atash. Le nom évoque immédiatement à Bomar celui du traitre qui a dénoncé Essiarnan aux dragons de Dromoka, provoquant sa chute.

C’est cet Ainok précis qui se présente devant Bomar, 20 ans plus tard. Il travaille désormais pour Markanor, mais vient de le trahir à son tour en désertant pour sauver la vie de sa compagnie, face à la Dame Pâle, invincible même face à trois dragons. Ses mots font bouillir la colère de Bomar, qui lance alors une boule de feu dans sa direction, brûlant ces soldats. Atash se replie, et ordonne la défense de la forteresse face aux aventuriers. Poussière et Essyria les rejoignent, couvrant leur course par des tirs en direction du balcon et la projection cauchemardesque d’un dragon revenant à la vie.

Après analyse de la situation et de la forteresse tombée, les aventuriers décident de passer par l’une des anciennes fenêtres accessibles par le sable ayant enterré les ruines au fil des années. Il glissent alors par cette ouverture, et Bomar remet les pieds à Essiarnan pour la première fois depuis 20 ans. Il gravissent les débris en direction de la salle à manger, mais l’avemain les ayant précédemment accueilli de ses carreaux fait de nouveau feu, avant de se replier vers la tour centrale. Les aventuriers pressent l’assaut, et se débarrassent de deux garde avant de prendre le contrôle des escalier et de la grille de la terrasse. Atash les accueille alors avec un piège à sable, arrêtant leur progression et les blessant et les aveuglant.

Prenant conscience qu’un assaut frontal sur le bureau des officier, juste au dessus de leur tête, est suicidaire, les aventuriers mettent au point un plan ingénieux. Bomar et Essyria se replient, et décide d’accéder à l’arrière du bureau par le flanc de la forteresse. Pendant ce temps, Poussière trompe Atash en prenant la voix de Bomar pour continuer les provocations, mais sans trop en faire pour détourner son attention. Bomar et Essyria mettent donc en marche leur plan, mais tombe sur un balcon barricadé gardée par 3 arbalétrier. Ils s’en débarrassent avec célérité, mais non sans heurts, espérant n’avoir pas donné l’alerte. Ils pénètrent alors de nouveau dans la forteresse, furtivement, et s’avance sur les murs effondrés. Face à un échafaudage sur lequel deux arbalétriers se tiennent prêt, Essyria lance l’assaut : elle court sur le mur avant de sauter et décrocher la mâchoire du premier soldat d’un coup d’arbrier qui provoque sa chute mortelle. Croc l’accompagne et se débarrasse férocement du dernier occupant… mais l’alerte est donnée. Atash, comprenant la fourberie, se lance alors à l’assaut de l’escalier, en séparant ses troupes pour contenir l’attaque supérieure.

C’est Yak qui rentre alors dans la danse et qui invoque ses smilodons, mordant et griffant les boucliers de la formation défensive. Mais la coopération bien rodée d’Atash et ses soldats leur permet de résister et d’éliminer les invocations. Alors que hurlements et grognements s’entremêlent furieusement, Essyria et Croc parviennent à défaire l’arrière garde, et Bomar, sautant de son échelle de corde sur l’avemain arbalétier, se lance dans un combat au corps à corps l’entrainant au sol. Pendant que le soldat lui lacère le visage, d’un trait de feu, Bomar lui transperce sa tête.
Finalement encerclé, affaiblit par les sorts de Poussière, Atash dépose alors les armes, se soumettant à Bomar.

Il livre alors ses informations, jurant qu’il n’a fait aucun mal à Vama, et que la Dâme Pâle est partie à Barkash, poursuivie par Zerelka, son ancienne lieutenant draconique. Satisfait, Bomar, avec un regard sinistre et plein de rancœur, bat alors Atash sous le regard horrifié du prisonnier survivant. Il ne s’arrêtera pas malgré ses supplications, et prendra la vie de l’ainok vétéran, son ancien frère et traitre.

Les aventuriers soignent alors leurs blessures, rassemble les effets des soldats, et s’apprêtent à visiter le reste de la forteresse, pour y dénicher peut être d’autres indices.

Comments

Azaghal

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.